Je suis un parent Stéphanie Vie de famille

Couches lavables et jumeaux : mission possible !

13 mars 2016

Avant d’avoir des enfants, l’idée de mettre des couches pleines de ke-ka dans ma laveuse me répugnait. Mais comme la majorité des choses que je pensais avant d’être maman ont changé avec la maternité, eh bien je me suis rapidement retrouvé en train de magasiner des couches lavables avec le mari, par curiosité, par souci écologique, mais surtout par souci économique. Enceinte de jumeaux, voyant arriver l’éventuelle diminution de salaire pendant mes prestations de RQAP, j’ai donc choisi de me lancer dans l’aventure en achetant simplement les couches les moins chères en magasin : des couches moulées de Mère Hélène. Je l’avoue: je n’avais pris aucune information spécifique sur le sujet avant mon achat. J’avais envie de me lancer le défi des couches lavables en double. Et tant qu’à laver des couches, je nous ai munis de débarbouillettes à mouiller à l’eau plutôt que d’utiliser des lingettes jetables. Simple de même.

Lavage aux deux jours, changements de couches plus fréquents qu’avec les jetables, mais au final, même mon mari était content de notre choix. Nous avons organisé une armoire dans la salle de lavage pour faciliter les changements de couches et finalement, nous avons adopté cette pratique écoloresponsable.

Couches Steph

Tant et si bien qu’à l’arrivée de la mini, nous avons poursuivi l’aventure avec un troisième bébé sur les couches lavables (j’avoue avoir abdiqué sur le pliage des couches propres…). Mon investissement aura été pas mal rentabilisé ! Je me suis gâtée et j’ai acheté quelques nouveaux modèles de couches tout-en-un et à poches après que Sophie m’ait offert deux belles Omaïki comme cadeau de naissance pour la mini. 🙂 De toute façon, plusieurs de mes Mère Hélène commençaient à être usées à la fesse (ouuuh, jeu de mots). J’avoue d’ailleurs avoir un petit faible pour la Mini Kiwi à velcro. 😉

Quand vient le temps de parler de parentalité, on choisit chacune nos combats. Même si j’en ai parfois un peu mon voyage de voir ma pile de couches propres traîner, je suis vraiment contente d’avoir adopté les couches lavables avec mes cocos. Et maintenant que j’en ai deux sur trois qui sont propres, ça allège la tâche des changements de couches !

Petites infos pratico-pratiques:

Avec le temps (et en faisant quelques petites recherches), j’ai constaté que non seulement j’économisais des sous en m’équipant de couches lavables (surtout qu’elles servent à plus d’un enfant !), mais aussi, que l’environnement s’en portait mieux. Selon Consoglobe, les couches lavables consommeraient deux fois moins d’eau pour le lavage que pour la production des couches jetables. En apprenant en plus qu’une couche jetable peut prendre de 300 à 500 années à se décomposer, j’étais plutôt satisfaite de mon choix ! Mes couches Mère Hélène sont en coton, alors lorsque certaines sont devenues trop usées après autant de lavages, j’ai pu les recycler dans un point de chute de Certex, une entreprise d’économie sociale dans ma région qui opère un centre de récupération et de tri de tissus usagés et qui favorise l’insertion sociale des personnes handicapées. De quoi être encore plus satisfaite de mon choix !

Si vous hésitez à vous lancer vous aussi dans l’aventure des couches lavables, sachez que plusieurs boutiques de maternité offrent des séances d’information sur les couches lavables à l’attention des futurs parents pour les aider à choisir les modèles de couches qui leur conviennent (dans la région de Montréal, il y a entre autres ici  et ici).  Qui sait, peut-être serez-vous la prochaine à les adopter ?

Pour plus d’infos sur les couches lavables:

Consoglobe

Équiterre

Maman pour la vie

Les Trappeuses

David Suzuki

The new parent’s guide

Si vous êtes abonnée : Protégez-vous

Politique municipale de subvention de couches lavables: Subvention couches lavables

Vous aimerez peut-être...

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire